Fermer

Bénin – France : l’ambassadeur Monchau poussé vers la sortie

La gestion de l'affaire Talon par l'ambassadeur Monchau a indisposé Porto-Novo. © ambafrance-bj.org

Selon une source proche de la présidence béninoise, l'ambassadeur de France au Bénin, Jean-Paul Monchau, doit être rapidement remplacé par Aline Kuster-Ménager.

Pour les autorités béninoises, il appartient déjà au passé. « Jean-Paul Monchau n’est plus ambassadeur de France. Il sera remplacé par Aline Kuster-Ménager [actuelle ambassadrice de France en Ouganda, NDLR], dont la nomination est en cours de validation », assure une source proche du palais de la Marina. Un remplacement qui met un terme à de longs mois de tensions entre le président Thomas Boni Yayi et le désormais ex-ambassadeur. On sait que le dernier épisode en fut, en février, l’inscription par le Quai d’Orsay du nord-est du Bénin en zone orange (risques d’enlèvements et d’attentats).

Elles avaient commencé, fin 2012, par le lancement d’un mandat d’arrêt international visant l’homme d’affaires Patrice Talon, accusé d’avoir tenté d’empoisonner le président. « Tout au long de cette affaire, Monchau a eu une attitude curieuse, pour ne pas dire suspecte, notamment dans la gestion des correspondances officielles entre la France et le Bénin », accuse notre source. Une attitude si « curieuse » que Christian Charrière-Bournazel, avocat français de l’État béninois, a été dépêché auprès d’Hélène Le Gal, la conseillère Afrique de François Hollande, pour l’en informer de vive voix.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici