Canada : Justin Trudeau, l’héritier

Le nouveau petit prince de la politique canadienne, à Ottawa, le 14 avril. © SIPA

Son père fut longtemps Premier ministre. Sa mère faisait la fête avec les Rolling Stones. Lui vient de remporter la primaire du Parti libéral.

Il est jeune, beau gosse, fortuné et porte un nom célèbre. Selon ses détracteurs, il n’a pas l’ombre de l’esquisse d’un programme économique, mais le nouveau petit prince de la politique canadienne, que certains n’hésitent pas à comparer à un héritier Kennedy, n’en a cure. Cheveux bouclés et sourire éclatant, il prend la pose en compagnie de Sophie, son épouse, et de leurs deux bambins. Le 14 avril, Justin Trudeau a remporté la primaire du Parti libéral du Canada (PLC) avec 80 % des voix. Organisé sur internet, le scrutin a attiré 104 500 votants sur les 127 000 inscrits.

Enfin une bonne nouvelle pour cette formation qui, après avoir longtemps dominé la scène nationale, était plongée dans le coma depuis les législatives fédérales de 2011, où elle n’avait obtenu que 34 députés (il en faut 154 pour former un gouvernement). Les libéraux étaient arrivés en troisième position derrière le Parti conservateur et même le Nouveau Parti démocratique (NPD), lui aussi fédéraliste mais plus à gauche.

Charismatique

À 41 ans, Justin Trudeau se sent pousser des ailes. Certes, les prochaines législatives sont loin : 2015. Mais dans les sondages, il devance Stephen Harper, l’actuel Premier ministre. À l’instar d’un Barack Obama, il séduit surtout les jeunes, les femmes et les minorités, qui se souviennent de ce qu’ils doivent à Pierre Elliott, son géniteur, décédé en 2000.Charismatique Premier ministre de 1968 à 1979, puis de 1980 à 1984, le « père du Canada moderne » fit triompher l’unité nationale contre les séparatistes québécois tout en promouvant le bilinguisme, dépénalisa l’avortement et l’homosexualité, ouvrit le pays à l’immigration et au multiculturalisme. Amateur de décapotables et de jolies femmes, il forma avec Margaret, son épouse de trente ans sa cadette, un couple tumultueux. Les escapades de la jeune femme avec les Rolling Stones défrayèrent la chronique. Surtout lorsqu’en 1979, au soir de la défaite électorale de son mari, elle fut surprise dans un club new-yorkais en train de danser avec Mick Jagger !

Député de Montréal et parfaitement bilingue, leur fils Justin se fixe pour objectif de ressusciter le PLC. « La politique moderne, ce n’est pas multiplier les promesses auxquelles personne ne croit, c’est engager le dialogue avec les communautés », annonce-t-il. Un contenu vague, mais consensuel à souhait. De la politique moderne, on vous dit.