Fermer

Mali : bataille dans les coulisses de l’ONU pour la Minusma

Par Jeune Afrique

Le poste de commandant militaire de la Minusma est à pourvoir avant le 1er juillet. © Emmanuel Dunand/AFP

Le commandement militaire de la Minusma est convoité par le Tchad. Qui est fermement soutenu par la France.

Après la création par le Conseil de sécurité de l’ONU, le 25 avril, de la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), la bataille est lancée pour le poste stratégique, à pourvoir avant le 1er juillet, de commandant militaire de la force de 12 600 Casques bleus qui doivent être déployés sur place. Au nom des sacrifices consentis pendant la bataille des Ifoghas – 36 morts au combat -, le Tchad revendique le poste pour l’un de ses généraux. S’il n’obtient pas satisfaction, il pourrait renoncer à participer à la Minusma. À New York, Ban Ki-moon, le secrétaire général, hésite. Mais la France soutient fermement la candidature tchadienne.

>> Lire aussi : Tchad, les nouveaux renards du désert

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici