Fermer

Sénégal : pseudo-scoop à la française

Idrissa Seck est accusé d'avoir trahi Abdoulaye Wade en 1999 au profit d'Abdou Diouf. © Georges Gobet/AFP

Les imprécisions d'un article du "Point" au sujet d'accusations de corruption visant Jacques Chirac et Idrissa Seck prêtent à confusion.

Le Point a « révélé » sur son site web qu’en 1999 Idrissa Seck aurait « reçu 100 millions de F CFA » (150 000 euros) du président français Jacques Chirac pour trahir Abdoulaye Wade « au profit de son ami de toujours, Abdou Diouf ». L’hebdomadaire parisien laisse entendre que cette accusation, démentie par l’avocat Robert Bourgi, cité dans ledit article, vient d’être formulée, depuis sa prison, par Karim Wade, et qu’elle a provoqué « un électrochoc » au Sénégal. En réalité, cette déclaration prêtée au détenu le plus célèbre du pays avait été répercutée par un quotidien sénégalais… en septembre 2011 ! De la résurrection des scoops en pleine Ascension.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici