Henri-Claude Oyima laisse sa place à Madeleine Berre à la tête du patronat gabonais

Par Jeune Afrique

Madeleine Berre dirige notamment l'activité de Conseil juridique et fiscal du cabinet Deloitte au Gabon. © Cecilia Attias Foundation

Après 10 ans à la tête du patronat gabonais, Henri-Claude Oyima ne s'est pas représenté pour sa propre succession. C'est une femme qui lui succède, Madeleine Berre.

Alors que les 40 membres du conseil d’administration de la Confédération patronale gabonaise (CPG) se réunissaient pour choisir leur nouveau patron, ils ont élu à 33 voix sur 40 Madeleine Berre. Présentée comme la « candidate de la continuité » par Henri-Claude Oyima, patron de la banque gabonaise BGFI qui a occupé la fonction pendant 10 ans avant elle, cette dernière est cumule plus de 17 années d’expérience en conseil juridique. Elle dirige notamment l’activité de Conseil juridique et fiscal du cabinet Deloitte, dont elle est associée.

Lire aussi :

Patronat – politique : attention, liaisons dangereuses !
Les PME africaines à l’épreuve de l’impôt
Côte d’Ivoire : sursis pour Jean Kacou Diagou à la tête de la CGECI

Réformes fiscales et sociales

Actuellement membre de la Commission nationale de l’Ohada et présidente de l’Association Ohada Gabon, Madeleine Berre participe également à l’élaboration et à la vulgarisation du droit des affaires dans le cadre de séminaires nationaux et sous-régionaux.. Citée par le journal en ligne Gabon Review, elle affirme vouloir « continuer les chantiers démarrés, continuer les réformes sur le plan social et sur le plan fiscal ».

Les administrateurs du patronat gabonais ont également renouvelé 19 sièges du conseil sur 40 et présenté le calendrier des événements de l’année 2014. Les projets pour les mois à venir concernent notamment des rencontres avec certaines administrations du pays, l’organisation des Universités de la CPG, la participation à l’élaboration du Code de protection sociale ainsi que l’élaboration du nouveau Code du travail.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici