Fermer

Mali : qui avec Koenders à la Minusma ?

L'UA insiste pour que Bert Koenders ait au moins un adjoint africain. © DR

Beaucoup de noms circulent à propos de la nomination des deux adjoints du Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma.

Nommé le 17 mai à la tête de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), le Néerlandais Bert Koenders ne connaît toujours pas l’identité de ses deux adjoints chargés des volets politique, militaire et humanitaire de la mission. Dépitée de l’éviction du Burundais Pierre Buyoya, son représentant dans ce pays, l’Union africaine insiste pour qu’ils soient africains.

Beaucoup de noms circulent. Ceux notamment des Sénégalais Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre des Affaires étrangères d’Abdoulaye Wade, et Babacar Gaye, conseiller militaire de Ban Ki-moon ; du Mauritanien Ibrahima Dia, chef du secrétariat conjoint BAD-UA-Commission économique africaine ; et du Béninois Aurélien Agbénonci, représentant résident du Pnud au Mali.

Gressly écarté

En revanche, une certaine unanimité se dégage pour écarter l’Américain David Gressly, qui assura l’intérim avant l’installation de Koenders et semble avoir exaspéré les autorités maliennes en se positionnant comme l’interlocuteur attitré des rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Commentaire d’un diplomate ouest-africain en poste à Bamako : « Il a la délicatesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine ! »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici