Fermer

Sécurité : des retraités français très spéciaux débarquent en Centrafrique

Par Jeune Afrique

Michel Djotodia, le président de transition centrafricain, en avril, à Bangui. © Patrick Fort/AFP

Alors que la Centrafrique s'enfonce chaque jour un peu plus dans le chaos, une vingtaine d'agents français de sécurité privé sont arrivés à Bangui, pour se mettre notamment au service du président de transition, Michel Djotodia.

« On ne peut pas se satisfaire d’avoir à Bangui des mercenaires français », lâche un décideur parisien après l’arrivée en Centrafrique d’une vingtaine d’agents de sécurité privés, dans un contexte où l’autorité de l’État a disparu. Commandés par Jérôme Gomboc, un ancien du 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (3e RPIMa), ces « chasseurs de primes » – comme on les appelle aussi à Paris – assurent entre autres la protection rapprochée de Michel Djotodia, le nouvel homme fort du pays, au camp de Roux. Depuis quelques jours, l’ambassade de France à Bangui tente de convaincre ce dernier de les renvoyer. Elle cherche aussi la faille juridique dans le contrat conclu avec ces retraités très spéciaux de l’armée française. Mais ceux-ci appartiennent à une société, Roussel G-Sécurité, immatriculée dans l’État du Delaware, aux États-Unis. « On n’a aucun moyen de pression sur eux », reconnaît-on à Paris.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici