Fermer

Au Mali, une Minusma sans Africains ?

Par Jeune Afrique

Le Rwandais Jean-Bosco Kazura aura désormais un rôle de représentation. © AFP

L'affectation d'Occidentaux aux postes clés de la Minusma fait grincer des dents au sein de l'UA, dont certains membres sont même revenus sur leur intention d'envoyer des soldats au Mali.

Les Africains n’ont-ils qu’un rôle de figurants au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) ? Nommé numéro deux de la Minusma en juillet, le Sénégalais Abdoulaye Bathily ne s’est vu confier que les affaires politiques. En revanche, l’activisme de l’Américain David Gressly, appuyé par la Maison Blanche, a fini par payer. Comme Bathily, il a le titre de représentant spécial adjoint et hérite de multiples fonctions, financements à la clé : affaires humanitaires, droits de l’homme, coordonnateur de l’ONU à Bamako, coordonnateur du Pnud.

"Nous sommes les dindons de la farce onusienne"

Autre déconvenue : nommé commandant en chef des forces de la Minusma, le Rwandais Jean-Bosco Kazura aura essentiellement un rôle de représentation, puisque le chef d’état-major de la mission, le général français Vianney Pillet, est le véritable patron des opérations militaires, en concertation avec les responsables de Serval. Le Néerlandais Bert Koenders, patron de la Minusma, que Paris a su imposer à l’ONU, dirige tout ce dispositif. "Nous sommes les dindons de la farce onusienne", se désole un responsable de l’UA en soulignant le peu d’entrain des dirigeants africains à envoyer des renforts militaires. Le Nigeria, qui compte 1 200 hommes au Mali, a annoncé un retrait partiel de ses troupes, et la Mauritanie, qui devait envoyer des soldats, a changé d’avis. L’objectif d’avoir 12 600 hommes a été revu à la baisse. Le chiffre de 9 000 hommes est désormais avancé (l’ONU négocie l’envoi de troupes avec l’Inde, le Pakistan et la Chine), dont 6 000 sont déjà sur le terrain. "Le Mali n’est plus à la mode", convient un haut fonctionnaire international.

>> À lire aussi : "Mali : quand la Minusma fait sa promo en chanson"

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici