Fermer

Tunis aux trousses des commanditaires des assassinats de Brahmi et Belaïd

Par Jeune Afrique

Des soldats tunisiens près du mont Chaambi. © AFP

Si l'arrestation, le 1er août à Annaba, en Algérie, d'Abou Iyadh, chef du groupe salafiste extrémiste tunisien Ansar el-Charia, est évoquée par des sources sécuritaires algériennes, les autorités tunisiennes multiplient elles aussi les coups de filet.

Dans la nasse des autorités tunisiennes, Kaïs M’Chala, un propriétaire terrien aisé éleveur de chevaux de course et proche de la mouvance salafiste. M’Chala a offert aux assassins de Mohamed Brahmi et Chokri Belaïd une couverture logistique en mettant à leur disposition une de ses villas de la Cité El Ghazala (banlieue nord de Tunis). Il les a aussi employés et hébergés dans ses fermes, le temps de faire perdre leur trace. Un pas de plus vers l’identification des commanditaires des deux assassinats.

>> À lire : "Le gouvernement tunisien multiplie les opérations contre les jihadistes"

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici