L’hommage de deux musiciens mozambicains au groupe A Tribe Called Quest

The Heroes... Tribute to a Tribe, de Simba et Milton Gulli. © DR

Deux Mozambicains rendent hommage au groupe américain de hip-hop A Tribe Called Quest. Rencontre inattendue et réussie.

Dans l’histoire du hip-hop, les New-Yorkais d’A Tribe Called Quest forment l’un des groupes les plus influents et les plus innovants. Depuis près de trente ans, ils proposent des compositions léchées et dont la particularité est l’utilisation de samples venant d’univers musicaux variés dont le mélange semble parfois improbable. Ils ont influencé toute une génération d’artistes et leur rayonnement mondial s’est propagé jusqu’au Mozambique où le rappeur Nelson Angelo Sitoi, dit Simba, et le producteur-musicien Milton Gulli ont décidé de leur rendre hommage sur un album entièrement consacré à leurs idoles.

Le point commun entre les deux compères et A Tribe Called Quest ? Leur capacité à s’approprier différents styles musicaux, allant du rock au jazz en passant par l’afrobeat et le funk, et d’en créer un son bien à eux.

Simba fut le premier et, à ce jour, l’unique rappeur mozambicain à se produire au prestigieux festival de jazz du Mozambique, ce qui lui vaut d’être reconnu par les puristes du genre. Quant au musicien Milton Gulli, il passe ses jeunes années entre Lisbonne, l’Arabie saoudite et Madère, d’où il rapporte un maximum de sons afin de développer un style entre reggae, dub, funk, soul ou afro. Ses diverses participations au sein de collectifs bigarrés comme Cool Hipnoise, premier groupe d’acid-jazz portugais ou Cacique 97, aux sonorités afrobeat, lui permettent ainsi de jongler avec toutes ces influences. En 2011, il retourne au Mozambique et travaille avec Simba. Lors de cette rencontre, ils décident de faire un album hommage, entre relecture africaine et reprise de plusieurs morceaux cultes du groupe. Un album fantastique à découvrir d’urgence. À noter la sortie de l’album dans sa version instrumentale.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici