Mauritanie : Sidi Ould Tah, l’homme lige

Sidi Ould Tah lutte efficacement contre la pauvreté. © DR

Il cultive la discrétion. Mais, en réalité, le ministre des Affaires économiques et du Développement est l'un des piliers du gouvernement.

Nommé au ministère des Affaires économiques et du Développement le 31 août 2008, dès le lendemain de l’accession d’"Aziz" au pouvoir, Sidi Ould Tah, 48 ans, tout réservé soit-il, est l’un des hommes clés du gouvernement et du programme présidentiel, axé sur la lutte contre la pauvreté et la mauvaise gouvernance. "Je n’aime pas beaucoup parler de moi, confie-t-il. Je mets ma modeste expérience et ma passion pour le développement au service de mon pays."

Cadre à la Banque mauritanienne pour le développement et le commerce (BMDC), puis analyste financier à l’Autorité arabe pour l’investissement et le développement agricole, basée au Soudan, Sidi Ould Tah a rejoint le Groupe de la Banque islamique pour le développement (BID), en Arabie saoudite, en 1999. En décembre 2006, il revient en Mauritanie en tant que chargé de mission à la présidence de la République, est nommé ministre de l’Économie et des Finances en juillet 2007, puis, un an et un coup d’État plus tard, à celui des Affaires économiques et du Développement. Quatre ans après, l’inflation a été maîtrisée, la croissance est solide, les réserves de change ont été multipliées par quatre. "Quand le président croit en quelque chose, il va droit au but. Ces résultats sont dus à sa vision stratégique, à l’assainissement de la gestion publique et, enfin, à la confiance retrouvée de l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux", assure-t-il.

>> Lire aussi : La Mauritanie récolte les fruits de l’austérité

Ces bonnes performances résultent notamment du troisième plan d’action du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (2011-2015), dont Sidi Ould Tah est l’un des artisans. Des projets ont été lancés, avec plus ou moins de succès, dans la plupart des secteurs : énergie, hydraulique, agriculture (le fameux programme Emel), pêche, infrastructures, protection sociale, éducation, santé… "La Mauritanie va atteindre le statut de pays à revenu intermédiaire d’ici peu, assure Sidi Ould Tah. Les effets des projets structurants réalisés ou engagés se feront sentir d’ici deux ou trois ans. Dans quelques années, on ne parlera plus de pauvreté en Mauritanie, mais de prospérité partagée." Laissons donc du temps au temps.

>> Lire aussi : nouvel accord de pêche avec l’Union européenne

>> Retour au sommaire du dossier

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici