Football : les Mourabitounes tournent (enfin) rond

À défaut de stars, l'équipe peut compter sur son sens du collectif. © DR

Les Mourabitounes enchaînent stages, matchs amicaux internationaux... et victoires. Pour la première fois en cinquante ans, les joueurs de la sélection mauritanienne se sont qualifiés pour une compétition continentale, le Championnat d'Afrique des nations. À suivre du 11 janvier au 1er février, en Afrique du Sud.

Leur optimisme provoquait au mieux des sourires polis, mais personne ne les prenait au sérieux quand ils expliquaient que la Mauritanie visait la qualification pour le Championnat d’Afrique des nations (Chan) 2014, la compétition continentale réservée aux joueurs évoluant dans les clubs de leur pays. C’était il y a un peu plus d’un an. À l’époque, les Mourabitounes traînaient leur spleen dans les bas-fonds du classement Fifa, où ils côtoyaient quelques terreurs comme Saint-Marin, la Somalie, les îles Cook ou Anguilla.

Après quatre années d’hibernation – un seul match, contre la Palestine (0-0), entre octobre 2008 et avril 2012, date des débuts de Patrice Neveu sur le banc de touche mauritanien -, la sélection nationale reprenait timidement goût aux échanges internationaux. "J’ai été élu en juillet 2011, raconte Ahmed Ould Abderrahmane, 37 ans, président de la fédération mauritanienne de football et ex-patron du FC Nouadhibou. La période était morose : les clubs étaient fatigués, le championnat était en voie de disparition, la sélection nationale n’intéressait presque plus personne." Et pour cause : elle n’avait disputé ni les qualifications pour la Coupe du monde 2014 ni celles pour les Coupes d’Afrique des nations 2010, 2012 et 2013.

Les Mourabitounes à la 152e place

Dès son élection à la tête de la fédération, l’homme d’affaires se met en quête d’un sélectionneur expérimenté pour donner un peu plus d’épaisseur à son projet. Malgré des moyens financiers limités et un profil peu avantageux, la Mauritanie parvient à attirer le Français Patrice Neveu, 59 ans, entraîneur reconnu sur le continent puisque, en quinze ans, il a eu la charge des sélections du Niger, de Guinée et de RD Congo, ainsi que de divers clubs en Tunisie (Médenine), au Maroc (CA Rabat, Tétouan) et en Égypte (Ismaily SC, Smouha Alexandrie). "J’ai accepté en connaissant la difficulté du challenge. Je me suis installé à Nouakchott, j’ai assisté à beaucoup de matchs de championnat afin d’établir une première liste de 60 joueurs, puis je l’ai affinée pour composer une sélection de locaux et disputer les éliminatoires du Chan", explique le technicien français. Lequel, pour donner corps au projet de son très actif président, promène son équipe un peu partout : l’Iran, la Palestine, les Émirats arabes unis, l’Espagne, etc. "Au début, on perdait souvent, on voyageait dans des conditions difficiles, mais je ne me suis jamais découragé. Et on a tout de même gagné 50 places au classement Fifa !" Un classement où les Mourabitounes figurent aujourd’hui à la 152e place.

>> Lire aussi : Mauritanie, la petite équipe qui monte

En avril 2012, Ahmed Ould Abderrahmane convainc l’opérateur téléphonique Mauritel de verser 150 millions d’ouguiyas (environ 360 000 euros) jusqu’en 2015 pour le football et s’active auprès de l’État pour que soient mis à la disposition de la sélection des moyens un peu plus importants. Les succès obtenus face au Liberia (1-0, 2-1) fin 2012, lors de l’avant-dernier tour des éliminatoires du Chan, crédibilisent un peu plus le travail de Neveu à la tête de la sélection. Jusqu’à la consécration, le 20 juillet dernier, où, cinquante ans après son premier match (joué en avril 1963 contre le Congo-Léopoldville), la sélection nationale se qualifie pour une grande compétition en éliminant le Sénégal (2-0, 0-1 à l’aller).

L’effet s’est propagé au-delà des frontières. Les joueurs "expatriés", qui avaient fini par détourner le regard de cette équipe nationale fantôme, ont participé aux matchs amicaux de septembre et octobre face au Canada (0-0) et à Oman (0-0 également). "Ce qui s’est passé face au Sénégal le 20 juillet marque un tournant pour notre football, puisque c’est la première fois que nous allons disputer un grand tournoi." Porté par l’euphorie, Abderrahmane parle même d’une qualification pour la Coupe d’Afrique des nations 2015. Et ce sera avec Patrice Neveu, qui a prolongé son contrat – et vu son salaire augmenter – jusqu’au 1er février 2015, après avoir été tout proche de devenir le sélectionneur du Congo.

>> Retour au sommaire du dossier

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique