France 24 la conquérante

Par Jeune Afrique

Lors d'un reportage en Mauritanie, en 2011. © James Andre/France 24

À l'occasion de ses 7 ans, la chaîne d'information modifie sa grille de programmes afin de séduire toujours plus de téléspectateurs et de consolider sa légitimité, notamment sur le continent.

"Liberté, Égalité, Actualité", c’est la nouvelle devise de France 24, qui célèbre ses 7 ans. À cette occasion, la chaîne a "choisi de marquer l’événement avec une nouvelle grille et un habillage sobre et plus informatif, explique à J.A. Mark Saïkali, son directeur général. Comme l’on dit souvent, 7 ans, c’est l’âge de la maturité !"

Avec 400 journalistes de 35 nationalités, France 24 – qui diffuse en français, en arabe et en anglais – a réussi en peu de temps une percée remarquable dans le paysage audiovisuel mondial. Dans certains pays d’Afrique francophone, elle est devenue la première chaîne d’information ; loin devant les télévisions nationales publiques, accusées d’être la voix du pouvoir, et leurs concurrentes privées, suspectées de comportement partisan. En lançant une nouvelle grille, les dirigeants de France Médias Monde – qui inclut aussi RFI et Monte Carlo Doualiya – entendent consolider les succès de 2013 : 40 millions de nouveaux téléspectateurs.

Une lecture décalée de l’actualité

Ils souhaitent y parvenir d’abord en accordant une place privilégiée à l’information, le coeur de métier de la chaîne. Trois grandes tranches d’information (6 heures-10 heures, 13 heures-15 heures et 18 heures-minuit) rythmeront ainsi les journées d’antenne. Avec à la clé davantage de direct et d’informations nouvelles et exclusives tous les quarts d’heure. "Notre ambition, ajoute Mark Saïkali, est de ne pas faire de la rediffusion systématique, mais de fournir régulièrement dans nos journaux qui passent de dix à quinze minutes des informations fraîches."

Mais comment éviter de soumettre le téléspectateur au rouleau compresseur du tout-info ? Sur ce point, France 24 entend se démarquer de ses concurrentes en proposant une lecture décalée des événements à travers notamment Billet retour. Un dimanche sur deux, ce magazine reviendra sur une ville ayant fait la une de l’actualité avant de basculer dans l’oubli, à l’instar de Grozny, Gao, ou encore Fukushima. La chaîne, qui a triplé le nombre de ses reportages en 2013, compte également sur des émissions emblématiques revues et enrichies telles que Le Débat, L’Entretien et Face-à-Face pour renforcer sa visibilité, accroître sa notoriété et consolider sa légitimité.

La nouvelle grille porte par ailleurs une attention toute particulière à l’Afrique subsaharienne avec deux journaux en anglais et deux autres en français dans la tranche 21 heures-23 heures. Même approche et même objectif en Afrique du Nord, où France 24 cherche à préserver son bon taux d’audience (1re chaîne d’information en Tunisie, 2e au Maroc, 3e en Algérie) en décryptant chaque soir, du lundi au vendredi, dans L’Heure du Maghreb des sujets qui vont du sport à la société en passant par l’économie et la politique.

>> Lire aussi : France 24 mise sur le Maghreb

Se hisser à la hauteur de CNN ou BBC

"À travers cette émission, l’actualité quotidienne de cette partie du monde sera présentée avec une revue de presse, un "journal des journaux". Nous proposons également un face-à-face entre deux personnalités du Maghreb avec des points de vue opposés", précise Taoufik Mjaied, rédacteur en chef de France 24 en arabe.

Mais pour l’instant, le véritable défi de France 24 consiste à concilier sa volonté de s’enraciner dans l’Hexagone via la TNT avec celle de demeurer une chaîne internationale ; à donner un "regard français" sur le monde, avec un financement public assumé, sans être "la voix de la France". Ce pari-là n’est pas gagné d’avance. Tout comme celui de se hisser à la hauteur de ses principales concurrentes, l’américaine CNN ou la britannique BBC.