Fermer

Rwanda : Kagamé a-t-il échappé à un attentat en 2010 ?

Par Jeune Afrique

Le détenu Joël Mutabazi avec son avocate à la prison de Kigali. © DR

Selon une source judiciaire, un ancien garde du corps du président rwandais Paul Kagamé aurait avoué avoir participé à un complot visant à assassiner ce dernier en 2010.

Le président rwandais Paul Kagamé a-t-il échappé à un attentat en 2010, non loin de son ranch des rives du lac Muhazi ? Selon des informations de source judiciaire à Kigali, l’un de ses anciens gardes du corps, Joël Mutabazi, aurait reconnu devant les enquêteurs avoir volontairement laissé le chef de l’État sans protection lors d’une excursion en bateau sur le lac, après avoir transmis les détails de son projet à l’ancien chef des services de renseignement extérieur, Patrick Karegeya, en exil en Afrique du Sud (où il a été assassiné le 1er janvier).

Arrêté suite à cet incident, Mutabazi a fui le Rwanda en 2011 pour l’Ouganda, avant d’être renvoyé de force vers Kigali, en octobre 2013. Il a également "avoué" s’être lui-même tiré une balle dans le pied afin d’obtenir le statut de réfugié politique et une protection policière lors de son séjour à Kampala. Il aurait agi avant tout pour des motifs financiers. Détenu depuis à Kigali, il a comparu à deux reprises devant un tribunal civil et plaidé coupable de presque tous les chefs d’accusation retenus contre lui, sauf de celui de terrorisme. Mais sa participation à un complot présumé contre la vie du président n’avait pas encore été évoquée.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici