Politique

Maroc – Mali : Mohammed VI, le retour du roi

IBK et Mohammed VI le 21 février 2014 à Bamako. © Habibou Kouyate/AFP

Le roi du Maroc Mohammed VI n'est pas venu les mains vides au Mali : 17 accords et conventions ont été signés entre les deux pays.

Dans le cadre de sa tournée officielle en Afrique, qui devrait le mener en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Gabon, Mohammed VI a été reçu en grande pompe, le 18 février au Mali, sept mois après qu’il a assisté à la cérémonie d’investiture du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Depuis quelque temps, Rabat semble avoir pris le relais de Ouagadougou dans les efforts de médiation entre le pouvoir malien et les régions du Nord. Le 31 janvier, au Maroc, une audience royale avait été accordée à Bilal Ag Acherif, secrétaire général du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le principal groupe de rébellion touareg. La veille de son déplacement officiel, le monarque a eu en outre un échange téléphonique avec le président burkinabè, Blaise Compaoré.

>> Lire aussi : Mohammed VI, l’appel du Sud

Le 20 février, Mohammed VI et Ibrahim Boubacar Keïta ont naturellement abordé la question du Nord-Mali, mais également le dossier du Sahara occidental : Bamako reconnaît toujours la République arabe sahraouie démocratique (RASD), mais pourrait être enclin à plus de souplesse à l’égard des positions marocaines.

Dix sept accords et conventions

Accompagné d’une large délégation, comprenant ses deux plus proches conseillers, Fouad Ali El Himma et Taïeb Fassi Fihri, des ministres et de nombreux patrons, Mohammed VI a assisté avec le président malien à la signature de 17 accords et conventions entre les deux gouvernements, notamment dans le domaine économique : élevage, mines et hydrocarbures, services aériens, immobilier (Addoha), banque (Banque centrale populaire), téléphonie (Maroc Télécom), industrie (Medz), eau potable (ONEE). Le lendemain, les deux chefs d’État ont accompli ensemble la prière du vendredi à la grande mosquée de Bamako.

Fermer

Je me connecte