Religion

Livres : la Jérusalem d’Éthiopie

La cité monastique de Lalibela. © Jacques Mercier

Attendue depuis longtemps, une monographie richement documentée et illustrée permet enfin d'en savoir plus sur les mystères de la cité de Lalibela, en Éthiopie.

Inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1978, la cité monastique de Lalibela (Éthiopie), autrefois connue sous le nom de Roha, est l’un des principaux lieux saints des chrétiens orthodoxes du pays. Célèbre pour ses nombreuses églises monolithes creusées dans le roc au début du XIIIe siècle, à plus de 2 500 m d’altitude, cette nouvelle Jérusalem voulue par le roi Lalibala (c’est la graphie originelle de son nom) est aujourd’hui, aussi, un lieu de passage obligé pour tout visiteur désireux de scruter au plus près l’âme de l’Éthiopie.

Ce lieu magique et serein, véritable îlot perdu dans les monts de la région Amhara, attendait depuis longtemps une monographie en français à même de dévoiler quelques-uns de ses mystères. C’est chose faite avec Lalibela, capitale de l’art monolithe d’Éthiopie, une étude de près de 400 pages signée par l’anthropologue Jacques Mercier et par le spécialiste des arts chrétiens d’Orient Claude Lepage. Si les photographies utilisées pour illustrer le texte ne sont pas les plus belles que l’on puisse trouver, l’analyse dense et fort documentée permet de préciser bien des points sur l’époque de construction du site, la manière dont il se développa et fut connu à l’étranger, son usage au cours des siècles, ses trésors cachés, les artistes qui contribuèrent à sa grandeur et, enfin, l’évolution actuelle des églises. Un livre essentiel, donc, qui souligne à point nommé la pluralité religieuse de l’Afrique, sa richesse artistique et patrimoniale et son apport à l’histoire de l’humanité.

>> Lalibela, capitale de l’art monolithe d’Éthiopie, de Jacques Mercier et Claude Lepage, Picard, 348 pages, 54 euros.

 

 

Fermer

Je me connecte