Sécurité aérienne : l’armée française inquiète l’Asecna

Par Jeune Afrique

Trois Mirage 2000 D français à l'aéroport de Bamako, en juin 2013. © EMA/MArine nationale française

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.

L’intensification des vols de l’armée française au départ des aéroports dont elle a la charge (Bamako, N’Djamena, Niamey et Ouagadougou, notamment) inquiète l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna). Non seulement les appareils militaires ne fournissent pas aux services de l’Agence tous les détails de leurs vols, mais des aménagements (hangars pour ­avions, bretelles sur les pistes) ont également été effectués sur certaines aérogares à son insu.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici