Balade touristique

Par Jeune Afrique

Istanbul : des couleurs…

Au-delà de l’attrait qu’exercent sur le visiteur les vues du Bosphore, de Sainte-Sophie et du palais de Topkapi, comment comprendre et connaître Istanbul la secrète ? Les auteurs de l’ouvrage Istanbul racontent, chacun à sa façon, une tranche de vie de la cité comme on le ferait d’un personnage de roman. De l’époque des luttes entre Grecs, Perses et Romains, en passant par l’Empire ottoman, jusqu’à nos jours, l’histoire de la ville, qu’elle soit Byzance, Constantinople ou Istanbul, fascine les esthètes. Les photographies qui illustrent ce superbe livre de près de 500 pages sont magnifiques et très souvent inédites : palais des rives du Bosphore, manuscrits enluminés ou monuments insolites comme Yerebatan Sarayi (la citerne engloutie).

… et des saveurs
Les nourritures terrestres ne sont pas de moindre intérêt à Istanbul. Le visiteur est même tenté de grignoter à toute heure, tant l’offre est alléchante ! Méditerranéenne, la cuisine est composée de mezzés ou çorba (potage), de kebabs (brochettes), köfte (boulettes de viandes), dolma (légumes farcis)… On peut en avoir un bon aperçu aux deux adresses suivantes qui ont le mérite d’être en plein centre touristique :
Kariye Camii, doté d’un agréable jardin, qui jouxte l’église Saint Sauveur-in-Chora, propose une cuisine traditionnelle revisitée avec les grands classiques modernisés.
Au palais de Topkapi, le Konyali Restaurant jouit d’une vue incomparable sur le Bosphore et sert des plats traditionnels de qualité. Ouvert au déjeuner seulement, il est fermé le mardi, comme le palais.
Un petit conseil : pour les poissons, il est impératif de préciser au restaurateur de ne pas trop les cuire, ce qui se dit az pismis.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici