Fermer

Côte d’Ivoire : la BAD reste encore dans les cartons

Par Jeune Afrique

1 700 logements neufs devraient être construits pour accueillir les fonctionnaires de la banque. © Émilie Régnier

La BAD devrait réintégrer ses locaux à Abidjan en Côte d'Ivoire d'ici à la fin 2014, une fois les travaux de réhabilitation du siège terminés. Cette relocalisation se soldera par la déménagement de 2 500 fonctionnaires ainsi que par la mise à disposition de nouveaux bâtiments dans le quartier du Plateau.

L’année 2014 verra le retour de la Banque africaine de développement (BAD) à son siège d’Abidjan, après une décennie à Tunis. Un déménagement permis par la stabilisation de la situation politique et facilité par l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara. Il sera précédé par des travaux de réhabilitation du siège, la mise à disposition de nouveaux bâtiments dans le quartier du Plateau, la rénovation de l’immeuble CCIA et les dispositions prises pour la scolarisation des enfants du personnel.

Lire aussi :

Pour la BAD, le temps des repositionnements est venu

Côte d’Ivoire : bientôt un toit pour tous ?


Retour de la BAD : Abidjan devra patienter

L’État ivoirien a prévu de décaisser une cinquantaine de milliards (environ 75 millions d’euros) de F CFA pour ces différents chantiers, complétés par les 61 milliards (environ 90 millions d’euros) affectés par la BAD pour la réfection de son siège. Sur le plan institutionnel, les préparatifs battent leur plein.

2 500 fonctionnaires

Pour l’hébergement des 2 500 fonctionnaires de la banque concernés par ce déménagement, en revanche, ça sera plutôt chacun pour soi. Aucune action commune n’est encore fermement engagée, regrettent les acteurs du secteur immobilier, même s’ils se disent confiants. « La BAD nous a approchés, mais nous voulons une commande ferme », souligne Souleymane Sidibé, gérant de la société de promotion immobilière Oribat.

Pour aider les fonctionnaires, les autorités ivoiriennes ont créé un site internet recensant les offres de logements répondant aux critères de la Banque. Le moyen et le haut standing sont les plus demandés. « Ce retour a provoqué un engouement pour l’immobilier », se félicite Sidibé. Toutefois, aucune incidence sur le prix au mètre carré n’a encore été relevée.

Croissance

Rien d’étonnant, pour Doumbia Brahima, directeur du Centre de facilitation des formalités d’accès au logement (Ceffal) : « Il s’écoulera un certain délai avant que les conséquences sur les prix se fassent sentir. » Et pas seulement sur l’immobilier : écoles, concessionnaires automobiles, PME…

Tous guettent le retour de la BAD, à l’image de Farikou Soumahoro, président de la Fédération nationale des commerçants de Côte d’Ivoire, et Barthélémy Coulibaly, consultant chez Grant Thornton. « Tout ce personnel consommera, cela dopera la croissance », affirme ce dernier.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro