Air France à pleins gaz sur le continent africain

En 2012, Air France KLM a réalisé 14% de son chiffre d'affaires en Afrique et au Moyen-Orient. © AFP

En marge du Forum Investir en Côte d'Ivoire 2014, qui a démarré le mercredi 29 janvier à Abidjan, la compagnie aérienne Air France KLM a confirmé sa volonté de se renforcer en Afrique et a annoncé le lancement de nouvelles dessertes sur le continent.

La compagnie française Air France KLM souhaite consolider sa position de leader sur le continent africain, vers lequel il assure déjà plus de 300 vols hebdomadaires. Le transporteur tricolore entend ainsi ouvrir de nouvelles dessertes notamment à Pointe-Noire au Congo et à Port-Gentil au Gabon. « Nous continuerons à renforcer nos opérations sur le continent, assure Patrick Alexandre, directeur général en charge du commerce passager de Air France. Nous avons un quatrième vol hebdomadaire sur Yaoundé et Nouakchott. En outre, nous étudions un développement en RD Congo ainsi qu’au Mozambique. »

Lire aussi :

Air France-KLM cherche le bon tempo
Air France met les gaz à Abidjan
Air France se renforce en Afrique centrale
Kenya Airways et Air Côte d’Ivoire se rapprochent

Accompagner la Côte d’Ivoire

Au cours d’une conférence de presse organisée en marge du Forum Investir en Côte d’Ivoire 2014, qui a marqué l’arrivée à Abidjan de l’Airbus A380, le plus gros avion civil au monde (une première en Afrique francophone), Frédéric Gagey, le PDG d’Air France a rappelé que « la croissance en Afrique a été portée à la fois par l’augmentation de la fréquence sur la desserte Paris-Abidjan-Paris et sur Paris-Libreville-Paris, ainsi que par la mise en opération du Boeing 777-300 sur l’axe Paris-Dakar-Paris ».

« La Côte d’Ivoire demeure au cœur de nos ambitions et nous accompagnerons l’économie ivoirienne », a-t-il martelé. le PDG de Air France a également insisté sur les intentions de la compagnie aérienne de desservir Abidjan en Airbus A380 de façon régulière et ce dès le début de l’année 2014. Cette desserte reste néanmoins soumise à l’obtention des autorisations requises et à la réalisation des travaux d’infrastructures nécessaires pour accueillir ce très gros porteur.

En attendant la publication de ses résultats 2013, le 20 février prochain, la compagnie aérienne, qui avait essuyé 300 millions d’euros de pertes en 2012, savoure déjà la sortie de la zone de turbulence, avec des progrès que la compagnie promet « satisfaisants » pour ce qui concerne ses comptes d’exploitation.