QuickDo s’ouvre aux investissements participatifs

Par Jeune Afrique

Dominique Buende entre Elisabeth Medou Badang, PDG d'Orange Cameroun et Dieudonné Oyono, recteur de l'université de Yaoudé. © QuickDo

La start-up QuickDo, premier réseau de distribution de livres numériques en Afrique subsaharienne, a lancé une campagne d'investissement participatif. Objectif : récolter 200 000 euros pour renforcer ses équipes et se développer à travers le sous-continent.

QuickDo se tourne vers le « crowd equity ». La start up, créée en 2011 par l’entrepreneur camerounais Dominique Buende, est le premier réseau de distribution de livres numériques en Afrique subsaharienne. Lauréate du Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique 2013, pour QuickDo-BookBox, son infrastructure de distribution physique de contenus numériques, la jeune entreprise entend poursuivre son développement à travers le sous-continent. C’est ainsi qu’elle vient de lancer une campagne d’investissement participatif sur la plateforme Afexios.

Lire aussi : 

Orange récompense l’entrepreneuriat social africain

Dix innovateurs africains à l’honneur

Les 20 idées qui vont faire bouger l’Afrique

Afrique francophone : les 25 leaders de demain

Démarche responsable

« Nous souhaitons renforcer nos équipes et répondre aux demandes croissantes qui nous sont adressées », explique Dominique Buende. La start-up souhaite lever 200 000 euros à travers cette campagne ouverte jusqu’au 15 avril.

« Nous sommes ouverts à toutes les personnes souhaitant investir et s’investir en Afrique dans une démarche responsable. Il ne s’agit pas seulement de fonds et de rentabilité, mais aussi d’investissement sociétal, de démocratisation de l’accès à la culture et à l’éducation », martèle le patron de QuickDo.

Si l’entreprise a signé une dizaine de pré-contrats avec des universités, grandes écoles et instituts éducatifs camerounais pour un montant avoisinant 700 000 euros, c’est en janvier dernier que le premier contrat QuickDo-BookBox a été signé, avec l’université de Yaoundé. La start-up, soutenue par l’Institut de recherche et de développement, s’apprête à ouvrir un bureau au Sénégal et au Kenya. Des contacts « très avancés » ont également été établis en Côte d’Ivoire, dévoile Dominique Buende.