Mauritanie : Glencore aurait signé un contrat à 1 milliard de dollars avec la Snim

Par Jeune Afrique

L'industrie minière représente un tiers du PIB de la Mauritanie. © Kinross

Selon le Financial Times, le géant minier Glencore Xstrata aurait conclu un accord préliminaire pour un contrat de 1 milliard de dollars avec la Mauritanie qui lui donnera accès aux chemins de fer et aux installations portuaires.

La société minière basée en Suisse, Glencore Xstrata, vient de faire un pas supplémentaire vers l’exploitation de plusieurs gisements de fer en Mauritanie. Selon des informations du quotidien britannique Financial Times, ce dernier aurait conclu un accord préliminaire avec le pays pour un contrat de 1 milliard de dollars afin d’avoir accès aux chemins de fer et aux installations portuaires dans le cadre de ses plans d’expansion dans l’extraction de minerai de fer.

Le quotidien financier britannique indique que Glencore, coté à Londres, cherche à développer trois grands projets dans le pays d’Afrique occidentale, dont deux en partenariat avec l’entreprise publique Société nationale industrielle et minière (Snim), qui détient une exclusivité sur l’exportation de minerais depuis les années 1960.

Lire aussi :

La Mauritanie découvre un gisement de 800 millions de tonnes de fer
La Mauritanie a encore des filons à creuser
Glencore intéressé par les actifs de Shell au Nigeria
« Glenstrata » ou la méthode Glasenberg

Pratiques internationales

Les personnes proches du dossier ont révélé au FT que la Snim avait initialement demandé à Glencore un prix trop élevé pour l’accès à ses voies ferrées pour les 20-25 prochaines années. « Ils ont désormais convenu avec la Snim du prix pour utiliser le chemin de fer en fonction du tonnage, conformément aux pratiques internationales », a expliqué Mohamed Ould Khouna, le ministre mauritanien du Pétrole, de l’Énergie et des Mines, cité par le Financial Times.

Selon le quotidien, Glencore serait également proche de parvenir à un accord pour la construction de ses sites d’exploitation, mais continuerait ses négociations avec le gouvernement mauritanien, notamment à propos des conditions fiscales de l’opération. Ces négociations pourraient encore durer plusieurs mois.

« Il est très rare de trouver une telle opportunité d’exploitation minière avec des avantages aussi exceptionnels – un chemin de fer et un port qui fonctionnent déjà bien – cela n’existe nulle part ailleurs en Afrique », a déclaré le directeur général de la SNIM, Abdellahi Ould Mohamed Oudaâ, cité par le FT. En octobre dernier, la SNIM a annoncé la découverte d’un gisement de minerai de fer dont les ressources sont estimées à 830 millions de tonnes.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici