AfricInvest : une trentaine de millions d’euros supplémentaires pour le secteur financier

Par Jeune Afrique

Aziz Mebarek, Ziad Oueslati et Karim Trad (de gauche à droite), co-fondateurs de Tuninvest-AfricInvest. © Tuninvest

Le capital-investisseur AfricInvest annonce le troisième et dernier closing de son fonds AfricInvest Financial Sector Fund, dédié au secteur financier et désormais doté de 60,6 millions d'euros.

AfricInvest a annoncé le 07 avril dans un communiqué de presse le closing final de son fonds dédié au secteur financier africain, AfricInvest Financial Sector (AFS) Fund. Celui-ci est désormais doté de 60,6 million d’euros. De nouveaux engagements émanant de la banque de développement allemande KfW, de la société belge d’investissement BIO, du canadien Desjardins, de la fondation Adolf H. Lundin et d’autres investisseurs privés sont venus ajouter une trentaine de millions d’euros aux 20 millions apportés en 2007 par l’agence financière de développement néerlandaise FMO et aux 11 millions amenés en avril 2010 par Proparco et Développement international Desjardins.

Six bureaux africains

« AFS a réalisé 13 investissements avec les premiers engagements, ainsi que deux sorties et une sortie partielle », a souligné AfricInvest dans son communiqué. AFS a notamment investi dans la banque rwandais Cogébanque, dans la filiale zambienne du groupe de crédit-bail Alios Finance ou encore dans la société de microfinance Microcred Madagascar.

« Le fonds a désormais la capacité de mener de nouveaux investissements, allant de 1 à 5 millions d’euros, avec l’objectif de faire croître, se développer ou construire des institutions financières durables en Afrique », a ajouté AfricInvest. Ces nouveaux moyens arrivent à un moment où un nombre croissant de banques centrales africaines augmentent le capital minimum requis pour exercer une activité financière et durcissent les règlementations.

AfricInvest, société soeur du capital-investisseur tunisien Tuninvest, est un acteur historique du soutien en fonds propres des entreprises africaines. Il a réalisé une centaine d’investissements via ses différents fonds et compte six bureaux sur le continent : Lagos, Abidjan, Nairobi, Casablanca, Tunis et Alger.