Fermer

Centre d’appels : Acticall prend pied à Abidjan

Alticall compte atteindre le chiffre de 300 employés en Côte d'Ivoire, d'ici à un an. © Finbarr O'Reilly/Reuters

Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire, est depuis mi-avril le quatrième site offshore du groupe français Acticall, spécialisé dans les services intégrés de la relation client.

Les activités de la filiale ivoirienne d’Acticall baptisée Acticall Côte d’Ivoire, implantée dans le pays depuis juillet dernier, ont officiellement démarré le 17 avril en présence de Bruno Koné, le ministre de la Poste et des Télécommunications. Abidjan est désormais le quatrième site en offshore du groupe français Acticall spécialisé dans les services intégrés de la relation client après Casablanca au Maroc (où il en compte deux) et Sao Paulo au Brésil.


Lire aussi :

RD Congo : First and Future répond à l’appel des clients

Centres d’appels : pas question de raccrocher

Relations-clients

Sur sa plateforme d’Abidjan, Acticall développera en offshore les relations clients de Bouygues Telecom et de Canal Plus, entre autres. Pour booster ses activités en Afrique subsaharienne, l’opérateur tricolore mise beaucoup sur la Côte d’Ivoire qui est pour l’instant son seul site dans la région.

« Nous comptons doubler notre effectif d’Abidjan qui passera de 150 employés à 300 d’ici à la fin de l’année avant d’atteindre dans le nombre de 700 salariés à fin 2015 », explique Arnaud De Lacoste, le directeur général d’Acticall.

Acticall mise sur un modeste chiffre d’affaires de 3 millions d’euros en 2014 pour sa filiale ivoirienne, qui passera à 6 à 7 millions d’euros en 2015. En France, où il dispose de 13 sites pour environ 5000 salariés, le groupe mise sur un chiffre d’affaires de 185 millions d’euros en 2014.

Concurrents

Le français, qui ne s’implante pas territoire vierge, devra toutefois affronter la concurrence du sénégalais PCCI, leader dans le domaine en Afrique subsaharienne et de son compatriote français Avarto qui, poursuivant son internationalisation, est annoncé dans en Côte d’Ivoire, dans les prochains mois.

Un contexte qui n’inquiète pas Acticall. « Nous préférons des concurrents de qualité, assure Arnaud De Lacoste. Cela donnera une crédibilité à la Côte d’Ivoire. Si, on avait à faire face à des concurrents low-cost, nous nous serions inquiets ».