Quand les cinéastes tunisiens se rebiffent…

Écrit par Marc Baruet

Subventions diminuées, autorisations de tournage suspendues... les producteurs se mobilisent contre les nouvelles orientations du ministère de la Culture.

Cannes 2008. Le cinéaste tunisien Ibrahim Letaïef tourne sans moyens, sur les marches mêmes du Palais du Festival, une séquence de Cinecitta, une comédie dont le sujet est « Comment contourner l’excès de censure d’un ministère ? » Depuis le début de l’année, le ministre tunisien de la Culture, Mohamed el-Aziz Ben Achour, et sa gestion du cinéma sont soumis aux critiques des professionnels. Moufida Tlatli, Nouri Bouzid, et Ibrahim Letaïef, trois des noms parmi les plus prestigieux du cinéma tunisien, les plus primés dans des festivals internationaux, Tanit d’or des Journées cinématographiques de Carthage, voient leurs projets bloqués.
Une censure démesurée qui va jusqu’à obliger les créateurs à signer chaque page de leur scénario pour empêcher toute modification – et donc toute amélioration qu’ils souhaiteraient apporter à leur propre texte. L’autorisation de tournage du film Le Fil de Mehdi Ben Attia, produit par le Français Édouard Mauriat, a été suspendue plus d’un mois, avant d’être finalement accordée début mai, grâce à une intervention en haut lieu. Plusieurs scènes de L’Accident de Rachid Ferchiou ont été coupées. L’époque où le cinéma tunisien, bénéficiant de la censure la plus tolérante du monde arabe depuis deux décennies, était salué pour sa liberté d’expression et pour l’audace de ses sujets paraît révolue.
En fait, Mohamed el-Aziz Ben Achour semble réagir vivement depuis la sortie du long-métrage anti-intégriste Making Off de Nouri Bouzid dont, selon le producteur lui-même, il souhaitait la censure. Mais les nombreuses récompenses (grands prix des festivals de Taormina en Italie et de Tribeca à New York, Tanit d’or de Carthage) ainsi que les félicitations que le président Zine el-Abidine Ben Ali a adressées personnellement au réalisateur, saluant son courage pour avoir abordé un sujet aussi sensible, ont permis au film de sortir sans qu’aucune scène ne soit coupée.

Textes répressifs
Depuis, les projets de Bouzid, La Nouvelle Pudeur, et de Moufida Tlatli (la réalisatrice des Silences du Palais, Caméra d’or à Cannes), Les Petites Mains, ont été refusés par le ministère. Celui de Letaïef, Flouss Academy, a vu sa subvention diminuée de près de moitié. Raison pour laquelle son auteur a renoncé à le produire. En revanche, les réalisateurs de longs-métrages, réputés médiocres et refusés dans la plupart des festivals, ont vu leurs subventions (d’un montant très élevé, un demi-million de dinars tunisiens) renouvelées pour de futurs films, alors même que les précédents n’étaient toujours pas sortis.
La publication de nouveaux textes répressifs régissant l’aide au cinéma a mis le feu aux poudres. Dans un manifeste envoyé à plusieurs journaux diffusés en Tunisie et au ministre de la Culture, la Chambre syndicale des producteurs de films a dénoncé une « pénalisation systématique » qui serait « en contradiction avec les accords-cadres étatiques signés avec plusieurs pays proches ». Elle rappelle la nécessité de « créer un Centre national du cinéma » et des multiplexes « pour pallier la désertion des salles ».
Dans un geste de bonne volonté, le ministre a fini par recevoir le syndicat des producteurs en promettant d’étudier favorablement leurs demandes et a renouvelé leur stand au Festival de Cannes, où les films tunisiens présentés l’ont été sans aucune censureÂ

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique